Les femmes et les conflits armés

La question    Faits en bref    … raconte     Les choix de rédaction    Ressources

Take quiz

Généralement, elles ne déclenchent pas la guerre, mais elles souffrent beaucoup de ses conséquences. Les conflits favorisent des taux de violence sexuelle nettement plus élevés qu’à l’accoutumée. Ils exposent sérieusement les femmes à la pauvreté, à la perte de leur emploi et à la destruction de leurs biens tels que leur maison. Dans les pays en guerre ou sortant d’un conflit, les services sanitaires essentiels s’effondrent et le taux de mortalité maternelle est 2,5 fois plus élevé qu’en moyenne.

Bien souvent, leur seul recours consiste à fuir, que ce soit dans leur pays ou à l’étranger. D’après l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, les femmes représentent 49 pour cent des réfugiés de par le monde (estimation basée sur les données disponibles), essentiellement en raison de conflits, et elles souffrent souvent plus que les hommes lorsqu’elles sont confrontées à une telle situation, du fait de leur genre.

En 2000, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution historique 1325 (2000) sur les femmes, la paix et la sécurité. Celle-ci reconnaît que la guerre a des conséquences différentes pour les femmes et réaffirme la nécessité de renforcer leurs rôles dans la prise de décisions relatives à la prévention et à la résolution des conflits. Des progrès sont en cours : en 2013, plus de la moitié de tous les accords de paix conclus faisaient référence aux femmes, à la paix et à la sécurité. Mais le rythme du changement reste trop lent. Sur la période allant de 1992 à 2011, les femmes ne représentaient que moins de quatre pour cent des signataires des accords de paix conclus et moins de dix pour cent des négociateurs lors des pourparlers de paix.

La Déclaration et le Programme d’action de Beijing, adoptés en 1995 par 189 États membres, ont fait des femmes dans les conflits armés l’un des 12 domaines de préoccupation. Ils indiquent sans équivoque que la paix est inextricablement liée à l’égalité entre femmes et hommes  et au développement.

Le Programme d’action énonce une série de mesures essentielles pour faire progresser à la fois la paix et l’égalité par la réduction des dépenses militaires et le contrôle de la disponibilité de l’armement. Il affirme que les femmes doivent participer à la prise de décisions relatives à la résolution des conflits, et il reconnaît que les femmes sont de puissants moteurs des mouvements en faveur de la paix. Il insiste à ce que celles qui ont fui un conflit soient autorisées à participer à tous les aspects des programmes afin de les aider à se remettre et à reconstruire leur vie.

Depuis lors, des combats acharnés font rage dans certaines régions du monde, qui font régresser le développement et les acquis des femmes de plusieurs dizaines d’années. La plupart des engagements de Beijing n’ont pas été tenus, alors même que l’urgence de les tenir est plus évidente que jamais.

Retournez au début

Faits en bref

 

Retournez au début

… raconte

Fatou Bensouda – Atténuer les guerres et les conflits, autonomiser les femmes

Fatou Bensouda
Photo: Photoline.nl/Carolien Sikkenk

Mme Fatou Bensouda, originaire de la Gambie, a été élue par consensus procureure de la Cour pénale internationale (CPI) en décembre 2011. De nombreuses distinctions, dont le Prix international des juristes de l'Association mondiale des juristes, lui ont été conférées. Par ailleurs, elle a été nommée comme l'une des 100 personnes les plus influentes au monde par le magazine Time en 2012, et Jeune Afrique l'a désignée comme l'une des 50 femmes africaines qui, de par leurs actions et leurs initiatives dans le cadre de leurs fonctions respectives, font avancer le continent africain (2014 et 2015). Ancienne cheffe du Bureau des avis juridiques du Tribunal pénal international des Nations Unies pour le Rwanda et ancienne procureure-adjointe de la CPI, elle a joué un rôle prépondérant dans d'importantes affaires de droit pénal au niveau international au cours des trois dernières décennies.

Lit son article »

Retournez au début

Les choix de la rédaction :

Se prononcer sur la violence basée sur le genre au cours des conflits : Un entretien avec Patrick Cammaert

Photo: ONU Femmes/Sarabjeet Singh Dhillon

Pays : Mondial

Expert international en matière de maintien de la paix, d'incidence des violences sexuelles en situations de conflit et de réforme du secteur de la sécurité, le général de division Patrick Cammaert a reçu du Palais de la Paix à La Haye en 2008 le prix de la Paix Carnegie-Wateler. Dans cet entretien vidéo, le général retraité adresse ONU Femmes expliquant l'importance d'impliquer plus de femmes dans les rôles de maintien de la paix et la nécessité à ce que les forces de paix de l'ONU soient entrainées à identifier et réagir à la violence sexuelle et basée sur le genre en conflit.

Et aussi »

Les femmes prennent les rênes pour bâtir la paix en Colombie

Photo: ONU Femmes/Mauricio Cardona

Pays : Colombie
Organisation : ONU Femmes

Avec le soutien d'ONU Femmes et d'autres partenaires, les voix de femmes expertes, survivantes et négociatrices ont été inclus dans un processus de paix avec une perspective de genre sans précédent. Ces dialogues visent à mettre fin à l'un des plus longs conflits armés internes au monde.

Et aussi »

Femmes luttant seules

Photo: HCR/A. McConnell

Pays : Syrie
Organisation : Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR)

Depuis mars 2011, lorsqu’a débuté il y a maintenant plus de quatre ans la guerre civile en Syrie, quelque 3,9 millions de personnes ont fui leurs foyers. De ce nombre, environ 79 pour cent sont des femmes et des enfants. Devant le grand nombre d'hommes qui sont restés en arrière ou ont disparu, les femmes ont dû assumer la charge de leur famille, prendre les décisions, gagner l'argent nécessaire et élever leurs enfants. Le HCR illustre leur sort et montre la voie à suivre.

Et aussi »

Liens connexes : Réponse Régionale à la crise des Réfugiés en Syrie

Les péchés des pères

Pays : Afghanistan
Organisation : UN OCHA

The Sins of the Fathers (« Les péchés des pères ») passe en revue le travail du Centre afghan de développement des compétences de femmes (AWSDC), un refuge pour les victimes d'abus, ainsi que leurs enfants. Cependant, l'éventualité d'un retour au pouvoir des Talibans inspire des craintes croissantes aux femmes activistes.

Regardez son vidéo »

Les femmes Casques bleus prennent les commandes pour mettre fin à la violence basée sur le genre

Photo: ONU Femmes/Sarabjeet Singh Dhillon

Pays : Inde
Organisation : ONU Femmes

En Inde, un projet pilote vise à former les officières militaires participant à des missions de maintien de la paix pour les aider à lutter contre la violence sexuelle et basée sur le genre.

Et aussi »

Un camp se transforme en village

Photo: HCR/B. Sokol

Pays : République Démocratique du Congo
Organisation : Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR)

Reportage sur un camp de refugies au Congo qui au cours de ces quatre à cinq dernières années s'est vu transformé en un véritable village, accueillant de plus en plus de réfugiés fuyant les conflits armés. Ce sont les femmes du village, les plus investies dans l'intégration et la gestion du camp même.

Et aussi »

Les femmes des Balkans font avancer la paix et la politique

Photo: ONU Femmes/Art Murtezai

Pays : Balkans
Organisation : ONU Femmes

Avec le soutien d'ONU Femmes, les femmes leaders dans les Balkans mettent le genre au centre de la politique et poursuivent l'autonomisation des femmes dans le but de ramener la paix et la stabilité dans la région.

Et aussi »

Retournez au début

Ressources :

Retournez au début