Les femmes et l’environnement

Environment

La question    Faits en bref    … raconte     choix de rédaction    Ressources

Take quiz

Alors que le débat sur les réponses au défi climatique pour protéger l’environnement persiste, la montée du niveau des mers et des océans s’accélère et le changement climatique provoque d’importants dégâts dans le monde entier. Cette situation touche plus particulièrement les femmes, puisque ce sont elles qui puisent l’eau, qui pêchent et qui cultivent des terres ravagées par les inondations. Elles sont d’autant plus vulnérables pendant la grossesse et la maternité. Et pourtant, leur voix ne pèse pas lourd quand il s’agit de planification et de gestion environnementale. Elles ont également moins accès à la terre et aux ressources productives.

L’année 2014 ayant été désignée « Année internationale des petits États insulaires en développement » par les Nations Unies, la Journée mondiale de l’environnement (qui se tiendra le 5 juin prochain) est placée sous le thème « Élevez votre voix, pas le niveau de la mer ». Elle est pour nous l’occasion de chercher à savoir en quoi les femmes peuvent faire et font la différence. Bien souvent non reconnues, les femmes jouent pourtant un rôle crucial dans la préservation des écosystèmes fragiles, dans l’accompagnement des familles victimes de catastrophes naturelles et dans la gestion juste, efficace et durable des ressources naturelles. Bien que les femmes aient prouvé leurs compétences en matière de gestion des ressources naturelles et leur capacité d’adaptation au changement climatique, leurs contributions ne sont généralement ni reconnues ni appréciées à leur juste valeur.

World Environment Day

Les femmes et l’environnement fait partie des 12 domaines majeurs de préoccupation de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing, adoptée à l’unanimité par les hauts dirigeants du monde entier lors de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes en 1995. Le Programme d’action a mis en exergue trois objectifs stratégiques d’action gouvernementale sur l’environnement, à savoir, faire participer activement les femmes à tous les niveaux du processus décisionnel concernant l’environnement, prendre en compte leurs préoccupations et leurs points de vue dans les politiques et les programmes d’actions et mettre en place des mécanismes permettant d’évaluer l’impact que peuvent avoir les politiques de développement et environnementales sur les femmes.

Près de 20 ans plus tard, on note des progrès sensibles dans la participation des femmes et les gouvernements font de plus en plus appel à leur expertise et à leur leadership au moment de prendre des décisions clés sur l’environnement. Pourtant, il reste encore beaucoup à faire pour encourager l’implication des femmes dans le processus décisionnel et garantir un avenir meilleur pour toutes et tous. À cette fin, les Nations Unies œuvrent à placer les femmes à l’avant-garde du développement durable et s’emploient à faire face au changement climatique.

Retournez au début

Faits en bref

Le saviez-vous ?

  • Quelque 2,5 milliards d’individus, dont les deux tiers vivent en Asie, et un quart en Afrique subsaharienne, n’ont toujours pas accès à des installations sanitaires améliorées et 748 millions d’individus sont sans eau potable.
  • Si l’on y réfléchit bien, cela représente une part importante de la population mondiale (plus de 7 milliards, au cas où vous vous posiez la question !)
  • Ce n’est pas tout : Les femmes et les filles sont affectées de manière disproportionnée.
  • C’est à dire ? Les distances parcourues, en particulier dans les zones non protégées, pour aller chercher de l’eau, et le manque de toilettes privées et sûres rendent les femmes et les filles vulnérables à la violence. Ceci peut également présenter un obstacle à l’éducation des filles et empiéter sur le temps passé à des activités génératrices de revenus.
  • Dans les pays en développement, ce sont également les femmes et les filles à qui revient la principale charge de la collecte de l’eau. En effet, une étude portant sur 25 pays d’Afrique subsaharienne a révélé que 71 pour cent de celles et ceux qui vont chercher de l’eau dans la région sont des femmes et des filles, et on estime que les femmes consacrent 16 millions d’heures par jour à puiser de l’eau (contre 6 millions d’heures pour les hommes).
  • Nous avons fait le calcul : 1 million d’heures = 114 années = plus d’un siècle ! Ce qui, multiplié par 16… QUOI ?!
  • La prochaine fois que vous prendrez un verre d’eau ou que vous irez aux toilettes, gardez à l’esprit que :
  • Les solutions de développement durable peuvent améliorer considérablement la vie des femmes et des filles.
  • Alors, qu’attendez-vous ? Mettons-nous au vert ! Autonomisation des femmes, autonomisation de l’humanité : Imaginez !

Sources:

Retournez au début

… raconte

Gisele Bündchen – Les femmes font tomber les barrières pour un avenir énergétique propre

L’icône de la mode, Gisele Bündchen est ambassadrice de bonne volonté du programme des Nations Unies pour l’environnement. Elle a été surnommée la célébrité la plus « verte » de la planète.

Lit son article »

Rajenda Pachauri – Women can lead the transition to a cleaner, sustainable environment

Dr. Rajendra Pachauri,

Rajendra K. Pachauri – Les femmes sont capables d’assurer la transition vers un environnement plus propre et durable. M. Pachauri est le président du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), l’organisme-chef de file en matière d’évaluation du changement climatique. Il est aussi le directeur général de l’Institut de l’énergie et des ressources (TERI – The Energy and Resources Institute). Il salue les avantages de l'énergie solaire sur la vie des femmes.

Lit son article »

Parker Liautaud – Les préjugés de genre face au réchauffement planétaire

Parker

Parker Liautaud est un explorateur polaire qui milite contre le changement climatique. Il a mené trois expéditions au pôle Nord et une au pôle Sud. En 2013, il a établi un nouveau record mondial de la traversée de la côte de l’Antarctique jusqu’au Pôle Sud en utilisant uniquement de l’énergie humaine. Il étudie la géologie et la géophysique à l’Université de Yale et est membre de l’Institut du climat et de l’énergie de Yale.

Lit son article »

Retournez au début

Les choix de la rédaction :

Gisele Bündchen mesure l’ampleur de la pauvreté énergétique en Afrique

Pays : Kenya
Organisation : Programme des Nations Unies pour l’environnement

L’icône de la mode, Gisele Bündchen est ambassadrice de bonne volonté du programme des Nations Unies pour l’environnement. Elle a été surnommée la célébrité la plus « verte » de la planète. Après une promenade de plus de cinq milles pour recueillir du bois de chauffage avec des femmes au Kenya, elle s'exprime sur la nécessité d'une énergie moderne pour réduire le travail des femmes et pour réduire la pollution.

Regardez son vidéo »

Placer les femmes au premier rang de la protection contre le changement climatique et la gestion des catastrophes dans le Pacifique

Solar engineer women in Fiji

Pays : Les îles de Fidji et Tonga
Organisation : ONU Femmes

Que ce soit en donnant aux femmes des îles Fidji une formation d’ingénieur en énergie solaire, ou en participant au plan d’intervention humanitaire après un violent cyclone aux îles Tonga, ONU Femmes collabore avec les professionnels du changement climatique et de la gestion des catastrophes à travers le Pacifique.

Et aussi »

En utilisant les technologies vertes pour protéger leurs récoltes, les femmes des Caraïbes se débrouillent par elles-mêmes

Placeholder

Pays : La Barbade, de la Grenade et de la Jamaïque
Organisation : ONU Femmes

Grâce à des ateliers, les agricultrices de la Barbade, de la Grenade et de la Jamaïque améliorent leurs connaissances des techniques de l’agriculture durable, garantissant ainsi leurs moyens de subsistance.

Et aussi »

Des familles apprennent à faire face aux tempêtes et aux cyclones au Bangladesh

WFP/Ranak Martin
WFP/Ranak Martin

Pays : Bangladesh
Organisation : Programme alimentaire mondial

En confrontant les effets du changement climatique, les femmes acquièrent des compétences pour se préparer aux catastrophes touchant les plaines côtières à basse altitude du Bangladesh. Quelque 4 500 femmes et hommes construisent leur résilience aux catastrophes naturelles, en améliorant la sécurité alimentaire et en adaptant leurs habitations pour résister aux catastrophes liées au changement climatique.

Et aussi »

Des mères éclairent leurs foyers et leurs communautés en Tanzanie rurale

Tanzania

Pays : Tanzanie
Organisation : ONU Femmes

Nous rendons hommage à six mères et grands-mères issues de trois villages reculés au Sud de la Tanzanie. Elles y ont apporté l'énergie renouvelable et servent de modèles à la communauté, apportant aux femmes sécurité et participation dans le développement local.

Et aussi »

Dîner sur le toit

Eman Nofal collects vegetables from her rooftop garden [FAO/M. El Shattali]

Pays : Bande de Gaza
Organisation : L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture

L’agriculture urbaine et les réseaux de distribution d’eau créent, pour les femmes, de nouvelles façons de gagner leur vie. Les jardins sur les toits et les méthodes créatives de pisciculture ont changé la vie de 100 femmes.

Et aussi »

Viet Nam: La participation des femmes à la gestion des catastrophes a permis de sauver des vies

Lives saved in Viet Nam by involving women in disaster planning

Pays : Viet Nam
Organisation : ONU Femmes

Grâce à la formation dispensée aux femmes sur la gestion des catastrophes et les actions de lobbying national, la contribution des femmes a été reconnue, et un décret gouvernemental offre aujourd’hui une place officielle à l’Union des femmes dans les organes décisionnels du pays.

Et aussi »

Élan pour le changement ; les femmes pour les résultats

Pays : Mondial
Organisation : CCNUCC

Partout dans le monde, les femmes jouent un rôle essentiel dans la lutte contre le défi du changement climatique. Elles prennent des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre par les plus grands des initiatives qui favorisent de nouvelles solutions pour lutter contre le changement climatique, tout en offrant des avantages économiques aux communautés du monde entier. Elles font également la promotion de partenariats de transformation qui aident à s'adapter aux effets du changement climatique et à construire des sociétés résilientes.

Et aussi »

Colombie: Wayuu Gold, la lutte pour accéder à l’eau potable

Pays : Colombie
Organisation : ONU Femmes

Les communautés à travers le monde luttent pour obtenir un meilleur accès à une ressource qui, pour beaucoup, est plus précieuse que l’or, et est presque impossible à trouver : l’eau. Ce documentaire suit les efforts extraordinaires déployés par une femme du peuple Wayuu, le plus important groupe autochtone de Colombie, pour empêcher que l’eau potable de la communauté ne soit détournée par de nouvelles canalisations vers un village voisin. Les changements climatiques, qui ont privé la communauté de saison des pluies depuis plus de deux ans, font peser des pressions supplémentaires sur les ressources locales. Cette lutte pour l’eau est donc véritablement une lutte pour la survie.

Et aussi » Retournez au début

Ressources :

Retournez au début