Sanja Juričić-Franić - Portons un toast à l'égalité des sexes !

Date : vendredi 27 juin 2014

Sanja Juricic FR

Quelque part dans une région rurale d'Herzégovine, dans un établissement vinicole à la sortie de la ville, au milieu des fûts de vin, une femme de 32 ans fixe les vignobles.

Elle s'appelle Sanja Juričić-Franić. Avec deux autres femmes, sa sœur et sa mère, elle dirige l'établissement vinicole « Gangaš » de Čitluk, en Bosnie-Herzégovine. Sanja est titulaire d'une maîtrise en agronomie et poursuit des études post-universitaires en économie. Épouse et mère de famille, Sanja est aussi une entrepreneuse qui a réussi. Œnologue, elle a dû combattre les préjugés et les stéréotypes habituels de cette profession dominée par les hommes.

« Pour moi, en tant que femme, l'égalité des sexes signifie avoir la liberté de faire mes propres choix concernant ma vie, sans être victime de préjugés sociaux. »

Elle nous explique qu'il lui était tout naturel de devenir œnologue, vu la grande tradition familiale de production vinicole. Après la mort tragique du père de Sanja en 2002, les trois femmes de la famille ont poursuivi les affaires, et même développé leurs activités pour produire du vin qu'elles vendent dans toute la Bosnie-Herzégovine ainsi qu'à l'étranger.

Sanja estime que les gens ne devraient pas s'étonner qu'une femme soit œnologue, bien qu'il soit encore très peu courant dans cette région de voir une femme exercer ce métier.

Malgré les difficultés qu'elle a rencontrées, Sanja, pleine d'assurance, donne un conseil à toutes les femmes : « N'hésitez pas à vous lancer dans la production de vin, car de nos jours, ce n'est plus purement un travail de caviste : la fabrication du vin est aussi une science et un art », et tout ceci, dit-elle, « c'est typiquement féminin. »

Elle ajoute : « Il est très important que les femmes et les hommes réalisent que les femmes sont des membres à part entière de la société. Il est important que nous apprenions et que nous écoutions, que nous croyions en nous-mêmes. »

 

Lisez d'autres profils »