Ouvrir de nouvelles voies, sur terre et dans le ciel

Date : mardi 27 octobre 2015

WOA Spain Patricia Campos Domenech

Durant son enfance à Onda, dans la province de Castellón, une petite ville tranquille de l’est de l’Espagne connue pour ses paysages grandioses, elle a toujours eu conscience que ses centres d’intérêt différaient de ceux des filles de son quartier. Patricia Campos Doménech a saisi toutes les occasions d’en apprendre davantage sur les avions, les hélicoptères et l’aérodynamique, et elle a passé de longs après-midi dehors à regarder les avions voler au-dessus d’elle en rêvant à l’avenir. Elle a également joué au foot, comme beaucoup d’enfants, mais a toujours voulu mener le jeu, conseillant les autres joueuses et joueurs pour améliorer le niveau de la compétition et rendre les matchs plus excitants. Refusant de rester sur la touche quand les filles s’intéressaient à d’autres activités, elle jouait au foot avec les garçons.

Devenue jeune femme, il lui a fallu songer à l’avenir et choisir une carrière. Il existait certes une ligue professionnelle de football féminin en Espagne, mais elle s’est rendu compte que les femmes gagnaient environ moitié moins que les hommes, pour des postes similaires. Patricia Campos Doménech a donc décidé d’ouvrir de nouvelles voies pour les femmes dans l’Armée, s’entraînant souvent jusqu’à 20 heures par jour pour devenir la première femme pilote dans les Forces armées espagnoles, et a trouvé sa place dans la Marine.

Après avoir été pilote dans la Marine pendant huit ans, elle a décidé qu’il était temps de retourner au monde du football, car l’aspect compétitif du jeu lui manquait et elle souhaitait s’attaquer à un nouveau défi. En mai 2013, elle est devenue l’une des premières femmes européennes entraîneuses professionnelles de football pour une équipe américaine, celle de Carlsbad United F.C.

Oratrice enthousiaste, elle aime entraîner les jeunes femmes, les préparer à jouer au niveau universitaire et, enfin, au niveau professionnel. Elle a récemment mis ses compétences à l’épreuve d’un nouveau défi en s’installant en Ouganda pour Soccer without Borders, une organisation caritative qui aide les jeunes générations à s’entraîner dans les pays en développement.

Selon vous, quels sont les principaux facteurs qui vous ont aidée à être où vous êtes aujourd’hui ?

Ma mère m’a dit OUI, tu peux y arriver, tout est permis ! Beaucoup d’autres m’ont dit que ce n’était pas possible. Ce sont ma mère et mes frères qui m’ont le plus influencée dans la poursuite de ma carrière. J’ai aussi beaucoup d’amies et d’amis fantastiques, qui m’encouragent à poursuivre ce que je veux faire.

Quels obstacles en particulier avez-vous rencontrés en devenant la première femme pilote dans la Marine ?

Lorsque j’ai commencé, il n’y avait aucune femme pilote [dans l’Armée espagnole]. J’étais pilote pour les hauts dignitaires, la famille royale, des militaires, et ils étaient choqués de voir une femme dans le cockpit ! J’ai eu droit à de nombreux commentaires chauvins, mais je n’y prêtais pas attention. Je me suis concentrée sur mon travail en m’efforçant d’être aussi professionnelle que possible.

Pensez-vous que le fait d’être une femme a influencé le chemin que vous avez emprunté jusqu’ici, en particulier dans votre carrière d’entraîneuse ?

Si je devais choisir de naître à nouveau, ce serait en tant que fille, parce que j’aime me battre pour gagner. Pour les choses auxquelles je crois. Pour les choses que nous méritons, en tant que femmes. Il est injuste que les femmes n’aient pas toujours les mêmes chances que les hommes. Nous sommes toutes et tous des êtres humains. Nous devons donc toutes et tous disposer des mêmes chances et des mêmes droits. La société nous dit que nous ne pouvons pas faire les mêmes choses, mais nous savons que ce n’est pas vrai, et nous devons nous battre pour cela.

Je pense que lorsqu’une femme ouvre une porte, elle l’ouvre pour toutes les autres femmes. Nous sommes là. Nous sommes entraîneuses de foot, pilotes, ingénieures. Je veux ouvrir des portes pour les autres femmes.

Quel est votre message pour les jeunes générations ? Quelles leçons peuvent-elles tirer de votre expérience ?

Même si les obstacles seront nombreux, elles doivent se battre pour obtenir ce qu’elles veulent. Ce n’est pas parce que quelque chose est dur à obtenir que l’on n’y a pas droit. En ce qui concerne les filles, certains leur diront qu’elles doivent rester à la maison à s’occuper des enfants. Certains vous diront que vous n’y arriverez pas, peu importe ce dont vous rêvez de faire. C’est à vous de bien vous connaître. Vous avez la capacité de faire des études et d’obtenir le diplôme que vous souhaitez. La société ne doit pas vous dicter ce que vous avez à faire, vous seul(e) savez ce que vous voulez faire.

Lisez d'autres profils »