Femmes remarquables

Cette série de portraits met en lumière des femmes et des filles qui ont réussi contre toute attente dans leur domaine respectif, souvent hors des sentiers battus, en surmontant tous les obstacles pour atteindre leurs objectifs. Loin du devant de la scène, leur combat, leur passion et leur travail motivent tous ceux qui les connaissent. Elles sont des modèles dont beaucoup s'inspirent.

Une leader majeure, dont la devise est de mettre fin à la violence contre les femmes

Wafa 2 FR

Aujourd’hui, en tant que responsable Unité de protection de la famille et de la jeunesse de la Police civile palestinienne, la lieutenante-colonelle Wafa Khaleel Ayyad Muammar est la policière la plus haute gradée au sein de la police, malgré la pression sociale qu’elle subit pour lui faire abandonner son rêve de servir le pays à travers son travail. Au niveau de 17 pour cent seulement, la Palestine affiche l’un des taux de participation féminine au marché du travail les plus faibles au monde. Muammar, une épouse fière et mère de quatre enfants, a eu le courage de se bâtir simultanément une carrière couronnée de succès, ouvrant ainsi la voie pour les autres femmes dans la service de police.

Et aussi »

Apporter la paix et la sécurité après la guerre

WOA Kurbongul Kosimova FR

En medio de la guerra civil de Tayikistán, mientras intentaba superar las pruebas diarias que significaba vivir en un estado azotado por la guerra, Kurbongul Kosimova creó el primer refugio de larga duración para mujeres sobrevivientes de violencia resultante del conflicto o de violencia doméstica, y también para sus hijas e hijos. Asimismo, su organización presta apoyo a sobrevivientes formando grupos de autoayuda sostenibles y capacitando a las personas de maneras innovadoras para que se puedan valer económicamente por ellas mismas y mantener a sus hijas e hijos después de la guerra. Gracias a la iniciativa, los grandes esfuerzos y la perseverancia de Kurbongul Kosimova, su organización Najoti Kudakon, que significa “Salvar a las niñas y los niños”, empezó con cuatro activistas que compartían una misma idea y este año celebra su 20º aniversario.

Et aussi »

Créer le changement, ouvrir la voie à bien à d‘autres femmes

La Générale de Division Kristin Lund, originaire de la Norvège, est la toute première femme nommée au poste de Commandante de la Force de maintien de la paix des Nations Unies. Elle est actuellement affectée à la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP). Véritable source d’inspiration pour bien des femmes, elle a occupé divers postes de haute responsabilité dans une profession dominée par les hommes. Ouvrant des horizons nouveaux pour les femmes exerçant dans l’armée, elle est devenue la première femme officier à être promue au rang de Générale de Division, pour être ensuite nommée Chef d’État-major de la Garde nationale norvégienne. Défiant le statu quo, elle est très active dans les réseaux civils et militaires. Voici ce qu’elle a à dire : « Il est devenu crucial pour moi de rencontrer des femmes qui se trouvent dans la même situation. Le fait que je sois parvenue à rompre plusieurs plafonds de verre et que j’ai frayé un chemin à bon nombre de femmes est d’une grande importance. Je pense que cela contribue à montrer aux autres femmes qu’il est possible d’atteindre le sommet, même dans le métier de militaire.»

Un rayon de lumière pour un grand nombre de personnes

WOA Jordan Rafea Um Gomar FR

Rafea Um Gomar, originaire d’un petit village rural, est une femme bédouine courageuse qui est non seulement devenue la première femme ingénieure en énergie solaire de Jordanie, mais qui a également mis en place 80 installations solaires avec l’aide de Sahia Um Badr, elle aussi ingénieure, permettant d’alimenter son village en électricité. Elle est aujourd’hui une élue politique, un modèle à suivre et une enseignante qui forme les personnes de sa communauté et des communautés voisines à l’utilisation des énergies renouvelables.

Et aussi »

Une passion pour la politique et pour les pauvres

WOA Cabo Verde Graca Sanches

La dynamique, intrépide et passionnée Graça Sanches, l’une des plus jeunes membres de l’Assemblée nationale du pays, est devenue députée à l’âge de 30 ans par la force de ses convictions. Outre son rôle actuel, elle est également présidente du Réseau des femmes parlementaires, un groupe qui travaille avec un acharnement soutenu pour garantir l’inclusion des femmes dans les activités de planification des politiques et d’adoption des lois. Graça Sanches sert de force mobilisatrice à l’Assemblée nationale pour faire entendre la voix des femmes à la moindre occasion.

Et aussi »

Un but en faveur de l’égalité

WOA Isha Johansen FR

Nom très bien connu en Sierra Leone, Isha Johansen est la première femme présidente de la Fédération sierra-léonienne de football et, actuellement, la seule femme présidente d’une fédération de football au monde. Né de sa passion pour le sport, le FC Johansen, l’un de ses projets majeurs, a vu le jour en 2002, à la fin de la longue guerre civile qui a affecté le pays pendant une décennie. Ce projet vise à maintenir les jeunes garçons dans le système scolaire en leur insufflant une passion pour le football.

Et aussi »

En s’ouvrant des horizons, elle symbolise l’avancée féminine

WoA_Kazakhstan_GulzhanKokbayeva_FR

Âgée de 27 ans, Gulzhan Kokbayeva est la seule femme ingénieure du premier réseau de métro au Kazakhstan, un pays connu pour son Cosmodrome de Baïkonour, le tout premier centre de lancement spatial au monde. Le fait de devenir une femme ingénieure dans une profession dominée par les hommes où seules quelques rares femmes s’étaient aventurées jusqu’ici, une profession par ailleurs perçue comme dangereuse pour la santé, n’a pas été une mince affaire.

Et aussi »

Jeune, infatigable et déterminée à apporter un changement durable

Sanchaita Raju WOA

Sanchaita Gajapati Raju est un modèle de réussite à tous les égards. Du haut de ses 30 ans, elle a fondé une organisation qui a remporté en 2013 le très convoité Google Global Impact Challenge, une distinction d’autant plus prestigieuse que le prix est basé sur les votes et attribué au projet que le grand public a jugé le plus prometteur. Avocate, politicologue, réalisatrice et professionnelle des médias, elle consacre toute son énergie à la recherche de moyens durables qui permettent de fournir un accès à l’eau potable et à l’assainissement à ceux qui en ont le plus besoin. Sanchaita nous a raconté ce qui l’a amenée à s’orienter vers l’action humanitaire, à laquelle elle se dévoue corps et âme, loin de la vie confortable à laquelle elle était prédestinée.

Et aussi »

L’intrépide navigatrice

Commander Antonette Wemyss-Gorman

La Commandante Wemyss-Gorman explique que son enfance passée dans la paroisse rurale de Manchester, en Jamaïque, ne favorisait guère les relations avec l’armée. Mais une rencontre fortuite avec un officier à la retraite l’encouragea à poser sa candidature pour un poste d’officier. Cette année-là, sur 34 candidats, Antonette Wemyss-Gorman fut l’une des deux seules personnes à réussir l’examen de sélection de la Défense jamaïcaine. Lorsqu’elle suivit sa formation de base, l’équipage des Garde-côtes ne comptait aucune autre femme. Aujourd’hui, soit 22 ans plus tard, elle est Commandante de la Garde côtière jamaïcaine. C’est la première femme à occuper cette fonction prestigieuse non seulement dans cet État insulaire, mais également dans toute la région des Caraïbes.

Et aussi »

De nombreuses portes s’ouvrent grâce au courage d’une militante

Bravant les critiques et défiant la discrimination et les stéréotypes, Georgina Beyer a ouvert de nouvelles perspectives lorsqu’elle est devenue la première maire ouvertement transsexuelle au monde en 1995, ainsi que la première députée ouvertement transsexuelle en 2000. Défenseuse des droits humains depuis longtemps, elle a contribué à une longue et importante liste de réformes législatives.

Et aussi »

En expédition à travers le monde contre les changements environnementaux

Liv Arnesen

Mère de trois enfants, Liv Arnesen, qui se décrit comme une enseignante norvégienne classique, sait ce que c'est que de faire des progrès dans les arènes à prédominance masculine. Elle est la première femme à rejoindre seule le pôle Sud à skis, sans l’aide d’un guide et sans approvisionnement. Elle a gravi l’Everest et a dû rebrousser chemin à 1900 mètres du sommet en raison de l’altitude. Et elle a mené le premier groupe de femmes sur la calotte glaciaire du Groenland sans assistance. Liv et sa partenaire de l’expédition, Ann Bancroft, ont lancé Bancroft Arnesen Explore, un organisme qui a pour vocation de motiver les citoyens, notamment les femmes et les filles, à réaliser leurs rêves.

Et aussi »

Repousser les limites toujours plus loin

Chanda Kochhar

En 2014, Chanda Kochhar, Administratrice déléguée et Présidente directrice générale d’ICICI Bank Limited, la plus grande banque du secteur privé en Inde et la deuxième banque de ce pays, figure pour la quatrième année consécutive parmi les 50 femmes d’affaires les plus puissantes d’après le classement réalisé par le magazine Fortune. Elle est très connue pour le rôle qu’elle a joué en Inde dans le secteur de la banque de détail et pour son leadership du ICICI Group, ainsi que pour ses contributions à différents forums tant en Inde qu’à l’étranger.

Et aussi »

Portons un toast à l'égalité des sexes

Quelque part dans une région rurale d'Herzégovine, dans un établissement vinicole à la sortie de la ville, au milieu des fûts de vin, une femme de 32 ans fixe les vignobles. Elle s'appelle Sanja Juričić-Franić. Avec deux autres femmes, sa sœur et sa mère, elle dirige l'établissement vinicole « Gangaš » de Čitluk, en Bosnie-Herzégovine. Sanja est titulaire d'une maîtrise en agronomie et poursuit des études post-universitaires en économie. Épouse et mère de famille, Sanja est aussi une entrepreneuse qui a réussi. Œnologue, elle a dû combattre les préjugés et les stéréotypes habituels de cette profession dominée par les hommes.

« Pour moi, en tant que femme, l'égalité des sexes signifie avoir la liberté de faire mes propres choix concernant ma vie, sans être victime de préjugés sociaux. »

Et aussi »

Briser les stéréotypes pour réaliser des objectifs

Maha Almuneef comprend de première main les défis d’affronter les tabous culturels. À ses 53 ans, la mère de trois enfants et Médecin spécialiste vit à Riyad en Arabie saoudite. Sans se laisser décourager par l’image traditionnelle de la place de la femme dans la société, elle a fondé le Programme national pour la sécurité de la famille (PNGA), la première institution spécifiquement destinée à s’attaquer à la question de la violence conjugale dans le pays. En tant que directrice générale du PNGA, elle concentre son attention sur les programmes de prévention ainsi que sur la formation donnée aux professionnelles/s, tels que les services de police et les avocats, pour l’amélioration du soutien apporté aux survivantes de la violence.

Et aussi »

Elle construit des ponts et des écoles, et elle obtient des résultats

Women of Achievement

Mère de trois enfants et ménagère pendant plus d'une décennie, peu auraient imaginé dans son village assoupi qu'aujourd'hui elle planifierait les ponts et les écoles. Mais c'est ce que fait Vandana Bahadur Maida dans la vie à Khankhandvi, dans l'État peuplé du Madhya Pradesh, en Inde. Malgré l'opposition de sa famille et les normes culturelles définissant la place d'une femme dans la société, elle a été élue chef du conseil du village, la première femme Sarpanch. Son élection constitue une première dans le village et aussi pour la famille de Vandana, car elle a fait mieux que son propre mari qui avait été membre du conseil du village, mais n'en avait jamais été élu le chef.

Et aussi »

Combattre les esprits, pour défendre et protéger

Monica Paulus

Les accusations de sorcellerie sont répandues dans les communautés des collines de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il est souvent cru lors de décès ou de maladies, de vols ou d'accidents, que la cause en est la sorcellerie, le rôle du méchant étant le plus souvent mis sur le dos d'une femme. Monica Paulus, défenseuse des droits de l'être humain, protège de nombreuses femmes ainsi accusées à tort. Sans peur, déterminée et au franc-parler, elle sauve des femmes et des jeunes filles accusées de sorcellerie, en en protégeant un grand nombre de punitions violentes ou de la mort.

Et aussi »

Elle sort des sentiers battus, elle vole !

Yevgeniya Goncharova

La voir vaquer à ses occupations quotidiennes sur le tarmac, c'est plutôt inhabituel. Elle a 25 ans et elle pilote des avions pour le compte d'une des plus grandes compagnies aériennes d'Asie centrale. Au Kazakhstan, où elle est basée, mais aussi ailleurs dans la région, on la connaît bien, car c'est une des très rares femmes à faire carrière dans ce domaine largement dominé par les hommes. Yevgeniya Goncharova a surmonté bien des obstacles et gravi bien des montagnes avant d'arriver où elle est aujourd'hui. Elle a parcouru un chemin semé d'embûches. Les stéréotypes de genre étant encore fermement ancrés dans les sociétés d'Asie centrale, le métier de pilote d'avion n'est pas considéré comme un métier de femme au Kazakhstan, où son jeune âge ne constitue pas non plus un avantage.

Et aussi »

Elle prend un immense plaisir à aider les gens

Women of achievement

Chaque fois qu'elle entendait quelqu'un dire qu'elle devrait faire autre chose, cela ne faisait que renforcer la détermination de Caroline Amasis Maher qui s'entraînait alors avec encore plus d'ardeur. Elle a ignoré les sceptiques et les barrières culturelles, non seulement en se consacrant à un sport dominé par les hommes, mais aussi en y excellant. Récemment, elle est devenue la première femme arabo-africaine à être intronisée au Temple de la renommée du Taekwondo – la récompense la plus haute et la plus prestigieuse dans cette discipline sportive. Cette ascension fulgurante au sommet la rend extrêmement fière. En 2011, Caroline a accédé à la 11e position au classement mondial des athlètes de la Fédération mondiale de taekwondo.

 

Et aussi »

L'avocate malienne consolide la paix et fait naître l'espoir

Saran Keïta Diakité

Les histoires de viols collectifs, de mariages forcés et de pères contraints de violer leur propre fille sous la menace d'une arme l'empêchent de dormir. Saran Keïta Diakité a écouté d'innombrables femmes raconter les atrocités infligées à la population de son pays déchiré par la guerre, le Mali, par des groupes armés depuis le coup d'État militaire commis en mars 2012. En avril 2012, elle fut l'une des rares femmes à prendre part aux pourparlers de paix à Ouagadougou, au Burkina Faso, alors que dans le monde entier, les femmes se frayaient lentement un chemin vers les pourparlers de paix.

Et aussi »

Rendre visible l'invisible

Marcelina Bautista Bautista

Lorsque Marcelina Bautista Bautista a quitté sa communauté autochtone mixtèque de Nochtixtlán, Oaxaca, à 14 ans, après n'avoir suivi que l'école primaire et sans parler espagnol, elle n'imaginait pas qu'elle contribuerait, un jour, à l'élaboration de la norme internationale sur les travailleuses et travailleurs domestiques.

Motivée par son expérience et par celles de nombreuses femmes, Marcelina a rendu visibles les conditions de millions de travailleuses domestiques alors invisibles. Des travailleuses sans contrat, sans horaires, sans prestations ou sans sécurité sociale.

Et aussi »

Elle entre dans l'histoire : une fille de la région est nommée personnalité politique

Namgay Peldon

Au Bhoutan, pays enclavé dans la chaîne de l'Himalaya, Namgay Peldon n'imaginait pas qu'elle deviendrait un jour une personnalité historique. Et pourtant, elle est entrée dans l'histoire. Elle a été la première femme élue Gup, chef d'un groupe de villages, lorsque ses compatriotes ont voté pour la première fois lors de la transition de la monarchie vers la démocratie en 2008. Les Gewogs sont les unités administratives du Bhoutan, dirigées chacune par un Gup. L'histoire de Namgay Peldon, originaire du sous-district de Tashiding, dans le centre du Bhoutan, est assez exceptionnelle dans ce pays où nombre de tabous sont ancrés dans la société et où le taux de représentation des femmes dans le monde politique est extrêmement faible, puisque l'Assemblée nationale ne compte que 8,5 pour cent de femmes.

Et aussi »

Du Costa Rica à Mars

Women of Achievement

Ayant grandi au Costa Rica sans rien, ni même un toit au-dessus de la tête, rien ne prédestinait Sandra Cauffman à la carrière et à la vie qu'elle mène aujourd'hui. Elle est actuellement responsable adjointe du projet MAVEN (Mars Atmosphere and Volatile EvolutioN) de la NASA (National Aeronautics and Space Administration, c'est-à-dire l'Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace des États-Unis), dédié à la compréhension de l'atmosphère supérieure de Mars. Fille d'une rescapée de violence domestique, qui a échappé aux coups de son agresseur et qui a dû cumuler trois emplois pour subvenir aux besoins de ses enfants, la réussite tient pour Sandra aux maîtres mots de sa mère, « ne pas répéter les mêmes schémas ». Elle est aujourd'hui un modèle de réussite au féminin, une mère et une employée de la NASA, qui participe à la mission de l'agence spatiale américaine visant à explorer la planète rouge.

Et aussi »

La policière du Timor-Leste que rien n'arrête

Women of achievement

Cette petite dame en uniforme est bien connue. Bien qu'elle ne roule ni en voiture, ni à moto, la sergente Amelia de Jesus Amaral ne craint pas les longues distances. C'est à pied qu'elle se déplace, quel que soit le temps que cela lui prend, lorsque lui parvient la plainte d'une victime de violence conjugale. Amelia, policière membre du service de protection des personnes vulnérables au sein de la police nationale du Timor-Leste, n'hésite pas à faire entendre sa voix ni à montrer l'exemple. Elle a ainsi remporté, en novembre 2013, le prestigieux Prix 2014 pour la défense de l'égalité des sexes décerné par le secrétaire d'État pour la promotion de l'égalité. Alors que dans son pays, moins de 20 pour cent des policiers sont des femmes, Amelia, mère de deux jeunes enfants, est l'un des plus anciens membres du service de protection des personnes vulnérables. Le mandat de ce service est particulièrement difficile à remplir, puisqu'il s'occupe de crimes qui sont bien souvent acceptés par la société pour des raisons culturelles, et que les survivantes se heurtent à divers obstacles lorsqu'elles tentent d'accéder à la justice.

Et aussi »

La bonne doctoresse

Dr. Krisana Kraisintu

Là où elle travaille, en Asie et en Afrique, les menaces de mort sont aussi courantes que les environnements dangereux. Elle a connu quelques victoires, de nombreux échecs, des vies sauvées et d'autres perdues. Mais le Dr Krisana Kraisintu de Thaïlande, la « pharmacienne gitane » comme tous l'appellent, est infatigable. Sa mission : garantir des soins de santé abordables pour tous, chose qu'elle considère comme un droit humain de base. « Je consacre ma vie à mettre en place une production pharmaceutique locale en formulant et en vendant des médicaments génériques abordables pour soigner le VIH/Sida, la malaria et d'autres maladies, et améliorer la santé des gens », déclare-t-elle.

Et aussi »