Articles

5
résultats trouvés
1 - 5 de 5 résultats
Date:
Christiana Thorpe est la première femme à occuper les fonctions de commissaire-en-chef de la commission électorale de la Sierra Leone. Elle préside la Commission électorale nationale (CEN), l’organisme chargé de préparer et de mener à bien toutes les élections publiques. Ancienne religieuse, enseignante, directrice d’école et professeure, elle accorde la plus grande importance à l’éducation et à la liberté. Ministre de l’Éducation à une époque où aucune autre femme ne siégeait au conseil des ministres, elle a lancé, pendant qu’elle détenait ce portefeuille, une organisation visant à promouvoir les droits de la femme dans les domaines de l’éducation et du travail. Fière de ses accomplissements, elle est devenue, grâce à sa ténacité, une source d’inspiration auprès des femmes et des hommes.
Date:
En tant que première femme sous-préfète dans la marine guinéenne, la capitaine Bontou Soumah a bravé les discriminations et les défis afin de réaliser son rêve, celui de devenir une marine. Ayant eu à affronter du mauvais temps, à la fois dans sa carrière et dans sa vie, elle s’est élevée au-dessus des marées pour devenir une dirigeante de premier plan dans la marine. En gravissant les échelons, elle a finalement été nommée Officière et Chevalière de l’Ordre du Mérite de la République en 2005, par décret du Président.
Date:
Nom très bien connu en Sierra Leone, Isha Johansen est la première femme présidente de la Fédération sierra-léonienne de football et, actuellement, la seule femme présidente d’une fédération de football au monde.
Date:
Delphine Nana Mekounte, 60 ans, était la Coordinatrice Nationale des ONG du Cameroun lors de la 4e Conférence des Nations Unies sur les femmes à Beijing en 1995. Elle est aujourd’hui Directrice Générale du Centre Féminin pour la Promotion du Développement (CEFEPROD), organisation non gouvernementale qui cherche promouvoir le développement au triple plan économique, social et culturel en faveur des femmes et des jeunes.
Date:
Les histoires de viols collectifs, de mariages forcés et de pères contraints de violer leur propre fille sous la menace d’une arme l’empêchent de dormir. Saran Keïta Diakité a écouté d’innombrables femmes raconter les atrocités infligées à la population de son pays déchiré par la guerre, le Mali, par des groupes armés depuis le coup d’État militaire commis en mars 2012. En avril 2012, elle fut l’une des rares femmes à prendre part aux pourparlers de paix à Ouagadougou, au Burkina Faso, alors que dans le monde entier, les femmes se frayaient lentement un chemin vers les pourparlers de paix.