Articles

4
résultats trouvés
1 - 4 de 4 résultats
Date:
En 1995, Zeliha Ünaldi participait à la Quatrième conférence mondiale sur les femmes. Aujourd’hui spécialiste du genre au sein du Bureau du coordonnateur résident des Nations Unies en Turquie, cette activiste de longue date pour l’égalité des sexes revient sur l’impact que cet événement a eu sur sa vie.
Date:
Dr. Erna Takazawa est la première et la seule optométriste des Samoa. Elle est également l’une des premières lauréates du Queen’s Young Leader Award [Prix du jeune leader de la Reine] pour son travail important dans le domaine de la santé oculaire. Pratiquant l’optométrie au sein du service hospitalier national, elle travaille également en partenariat avec une ONG pour permettre à des enfants handicapés de recouvrer la vue. En tant que directrice clinique du programme Opening Eyes [Ouvrir les yeux] des Jeux olympiques spéciaux des Samoa, elle a examiné plus de 200 athlètes souffrant de handicaps et forme les enseignants à déceler le plus tôt possible les problèmes oculaires de leurs élèves.
Date:
Après un accident de train traumatisant qui lui a coûté un bras et une jambe à l’âge de 19 ans, Şafak Pavey a décidé de surmonter ses difficultés en se consacrant à la défense de l’égalité des sexes et de l’environnement. En tant que première femme députée turque infirme, elle constitue pour beaucoup un modèle exemplaire. Elle a également travaillé pour le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dans des zones de conflits, publié trois livres, et contribue aujourd’hui à la confection des lois pour son pays. Elle s’est fixée pour mission de promouvoir l’égalité des droits pour toutes les personnes, quelles que soient leur race, leurs croyances et leurs religions. Lauréate du prix international Femmes de courage décerné par le Département d’État américain, elle est une force à ne pas sous-estimer.
Date:
Les histoires de viols collectifs, de mariages forcés et de pères contraints de violer leur propre fille sous la menace d’une arme l’empêchent de dormir. Saran Keïta Diakité a écouté d’innombrables femmes raconter les atrocités infligées à la population de son pays déchiré par la guerre, le Mali, par des groupes armés depuis le coup d’État militaire commis en mars 2012. En avril 2012, elle fut l’une des rares femmes à prendre part aux pourparlers de paix à Ouagadougou, au Burkina Faso, alors que dans le monde entier, les femmes se frayaient lentement un chemin vers les pourparlers de paix.