Beijing+20 – Le Programme d’action de Beijing a 20 ans

 
Le Programme d’action
de Beijing a 20 ans

Le Programme d’action de Beijing : inspirations d’hier et d’aujourd’hui

En septembre 1995, un nombre record de 17 000 participantes/s et 30 000 activistes/s se sont réunis à Beijing, à l’occasion de l’ouverture de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes. Venant des quatre coins du monde, elles et ils incarnaient la diversité, mais toutes et tous partageaient un objectif commun : l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, partout dans le monde.

S’en sont suivies deux semaines de débats politiques, houleux par moments, puisque les représentants de 189 gouvernements élaboraient des engagements d’une portée historique. Trente mille militantes d’organisations non gouvernementales ont tenu un forum parallèle et sont parvenues à maintenir la pression par les effets de réseau, des actions de lobbying et en retenant l’attention des médias internationaux. La Déclaration et le Programme d’action de Beijing ont été adoptés à l’issue de la conférence, marquant une avancée sans précédent pour les droits des femmes.

En tant que cadre de référence pour le changement, le Programme d’action contient des engagements complets en réponse à 12 domaines critiques. Même 20 ans plus tard, il constitue encore une puissante source d’orientation et d’inspiration.

Le Programme d’action projette un monde où chaque femme et chaque fille peut exercer ses libertés et ses choix et connaître et comprendre tous ses droits, notamment le droit de vivre sans violence, le droit à l’éducation, le droit de participer à la prise de décision et le droit de recevoir un salaire égal pour un travail égal.

Le processus de Beijing a suscité une remarquable volonté politique et a engendré une plus grande visibilité à travers le monde. Il a permis d’unir et de renforcer les activités militantes des mouvements féministes à l’échelle mondiale. La Conférence s’est terminée sur une note d’espoir et par un accord clair sur la manière de parvenir à l’égalité et l’autonomisation des femmes.

Depuis lors, les gouvernements, la société civile et le public ont traduit sur le terrain les promesses du Programme d’action, engendrant ainsi de véritables changements dans chaque pays. Ils ont conduit à des améliorations considérables dans la vie des femmes. Plus que jamais auparavant, les femmes et les filles ont accès aux responsabilités politiques, sont protégées par les lois contre la violence basée sur le genre, et plus que jamais auparavant l’égalité des sexes est garantie constitutionnellement. Un suivi des progrès accomplis dans la mise en œuvre du Programme d’action de Beijing qui a lieu tous les 5 ans a permis de maintenir l’élan.

Cependant, le Programme d’action envisageait l’égalité entre les sexes dans tous les domaines de la vie, un engagement qu’aucun pays n’a mis en œuvre. Les femmes gagnent moins que les hommes et sont plus susceptibles d’occuper des emplois peu qualifiés. Un tiers des femmes subissent des violences physiques ou sexuelles au cours de leur vie. Chaque jour dans le monde, 800 femmes meurent pendant leur accouchement à cause des inégalités en matière de droits reproductifs et d’accès aux soins de santé.

Le 20e anniversaire de la Conférence de Beijing offre de nouvelles opportunités de se réunir, renouveler l’engagement, raviver la volonté politique et mobiliser le public. Chacun et chacune d’entre nous a un rôle à jouer, pour notre bien commun. Il apparaît de plus en plus clairement que l’autonomisation des femmes fait avancer l’humanité. Par exemple, les économies croissent plus vite et les familles sont en meilleure santé et plus instruites.

Le Programme d’action de Beijing, bien que tourné vers l’examen « Beijing +20 », met l’accent sur la mobilisation autour de la lutte pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. Ses promesses sont forcément ambitieuses. Mais avec le temps et grâce aux efforts cumulés des nouvelles générations, elles sont à notre portée.