Elle construit des ponts et des écoles, et obtient des résultats

Date : mardi 20 mai 2014

Women of Achievement
Photo gracieuseté de Vandana Bahadur Maida

Mère de trois enfants et ménagère pendant plus d’une décennie, peu auraient imaginé dans son village assoupi qu’aujourd’hui elle planifierait les ponts et les écoles. Mais c’est ce que fait  Vandana Bahadur Maida dans la vie à Khankhandvi, dans l’État peuplé du Madhya Pradesh, en Inde. Malgré l’opposition de sa famille et les normes culturelles définissant la place d’une femme dans la société, elle a été élue chef du conseil du village, la première femme Sarpanch. Son élection constitue une première dans le village et aussi pour la famille de Vandana, car elle a fait mieux que son propre mari qui avait été membre du conseil du village, mais n’en avait jamais été élu le chef. 

En Inde, les quotas ont provoqué l’un des plus grands succès au monde pour l’autonomisation des femmes et la démocratie de base. Il y a seulement une décennie, les femmes représentaient moins de 5 pour cent des leaders élus dans les conseils de villages. Aujourd’hui, plus de 40 pour cent des leaders de conseils locaux sont des femmes, portant à plus d’un million le nombre de femmes leaders au niveau rural.

Tandis que les autres villageois vaquent à leurs occupations quotidiennes, travaillant dans les fermes, s’occupant à aller chercher de l’eau ou s’abritant du chaud soleil estival dans l’après-midi, Vandana, s’exprimant bien et déterminée, envisage la façon d’introduire dans sa communauté des changements dus depuis longtemps. Elle fait prendre conscience au conseil de son village des programmes gouvernementaux pouvant aider aux efforts de tout-à-l’égout, de santé et d’éducation du village. Avec son fort taux de réussite, elle est aujourd’hui considérée comme un leader qui obtient des résultats. Son conseil a construit un bassin dans le village pour pallier au manque d’eau chronique auquel était habituellement confrontée sa communauté, ainsi qu’une première école pour que les enfants ne soient pas forcés, comme elle, d’abandonner l’école à la fin de leur classe de troisième.  

Quels ont été à votre avis les facteurs les plus importants qui vous ont aidée à parvenir où vous êtes aujourd’hui?

Mon intérêt pour le développement social, l’expérience politique de mon mari au niveau du Panchayat en tant que panch [membre], les encouragements de ma famille, et surtout l’aide technique d’ONU Femmes, grâce à des formations sur les conditions d’octroi de différents programmes gouvernementaux, m’ont aidée à remplir mes rôles et mes responsabilités de Sarpanch [chef du conseil du village] et à résoudre tous les problèmes pouvant constituer des entraves au développement du panchayat [conseil du village].

Quels ont été les obstacles les plus importants rencontrés en chemin vers la position où vous êtes aujourd’hui ?

Les membres de la communauté se sont opposés à ma candidature à l’élection en tant que Sarpanch. « Comment une femme pourrait-elle diriger un panchayat? », pensaient-ils. [Ma] famille n’était pas non plus favorable à ma candidature à cette élection non plus. Mon mari avait été précédemment panch dans le même panchayat, et de nombreux membres de la communauté ont protesté, en posant la question: « Occupera-t-elle un poste plus élevé que celui de son mari?» 

Racontez-nous un peu votre enfance, vos ambitions, et qui vous a inspiré à devenir qui vous êtes aujourd’hui?

Mon ambition était de travailler au développement de la communauté et d’y contribuer au mieux de mes capacités. Mon rêve était de faire quelque chose pour améliorer l’éducation. Heureusement, j’ai eu la chance de participer aux élections du panchayat, j’ai été élue avec une bonne marge et j’ai finalement eu l’occasion de travailler pour le progrès de ma communauté.

Le fait d’être une femme a-t-il affecté votre cheminement vers la position que vous occupez aujourd’hui, et de quelle façon?

Au départ, lorsque j’ai participé aux élections pour le Sarpanch, je n’étais pas très sûre qu’une femme puisse devenir une Sarpanch. Les membres de la communauté n’avaient même pas imaginé qu’une femme pourrait occuper le siège de Sarpanch et remplir les rôles et les responsabilités qui y ont trait. C’était donc très nouveau pour les membres de la communauté. Mais avec l’aide de mon mari, j’ai participé aux élections. J’ai expliqué aux membres de la communauté mes projets pour le panchayat et les travaux de développement. Finalement, les membres de la communauté m’ont accordé leur soutien et j’ai été élue assez confortablement.

Vu que vous êtes l’une des seules femmes dans votre type de travail, qui est en prédominance masculin, comment arrivez-vous à faire face? 

J’ai eu des problèmes de ce type au début lorsque je suis devenue Sarpanch! Comme j’étais totalement ignorante des rôles et des responsabilités de Sarpanch et des conditions rattachées aux programmes gouvernementaux, les membres masculins s’opposaient à mes actions et à mes décisions. Mais après j’ai développé une compréhension de ces sujets, et à présent les membres de la communauté me soutiennent dans toutes les activités du panchayat.

Quelle est à votre avis votre contribution la plus importante à la société / à votre communauté?

Je me suis assurée de la concrétisation de nombreux projets de développement dans mon panchayat, dont de nombreux puits, des pompes manuelles, des routes et la construction de toilettes dans le village. Certains travaux majeurs que j’ai réalisés comprennent la construction d’un bassin dans le village (le manque d’eau était le problème principal du panchayat), la construction d’une école primaire (car il n’y avait pas d’école dans le panchayat, et j’étais très intéressée à promouvoir l’éducation et à l’apporter aux enfants du panchayat) et la construction de centres aaganwadi (des centres de garderie sponsorisés par le gouvernement), dans les  faliyas (zones) du panchayat où elles étaient nécessaires. Et surtout, j’ai instillé un intérêt, un zèle chez les gens à propos de l’éducation, de l’assainissement, de la participation aux gram sabha (réunions de village) : à présent, les gens comprennent l’importance de l’éducation, l’importance d’avoir des toilettes chez soi, et l’importance de participer aux réunions de gram sabha. Les gens participent à présent activement aux réunions, soulèvent les problèmes et font des demandes dans le cadre de différents programmes gouvernementaux, et je pense qu’il s’agit là de ma plus grande réussite.

Quel est votre message principal pour la jeune génération ? Que peuvent-ils apprendre de votre expérience? 

Faites ce que vous pensez être bien. Ayez confiance. Maîtrisez les connaissances techniques se rapportant à ce que vous voulez faire, et, finalement, laissez les autres critiquer vos efforts ; ils les apprécieront sûrement lorsque vous aurez réussi. 

Quel est votre message pour les autres femmes / filles pouvant être inspirées par votre parcours et vos réussites? 

Ayez confiance. Faites ce que vous envisagez de faire. Les membres de cette société patriarcale s’opposeront à coup sûr à toutes vos actions. Ils vous critiqueront, se moqueront de vos actions, mais c’est vous en fin de compte qui mettrez en place votre planning. Une fois que vous aurez réussi, tout le monde commencera à apprécier vos efforts. Concentrez-vous donc uniquement sur votre tâche et faites-le jusqu’au bout. 

Lisez d'autres profils »