Dhruv Arora - Co-créateur de GotStared.At et de #itsnotyourfault

Date : lundi 11 août 2014

Champion Dhruv Arora

Un expert du numérique qui milite en faveur des femmes, Dhruv Arora, 25 ans, est passionné par ces deux dimensions de son travail et est célèbre à New Delhi, en Inde, comme étant l’homme qui pousse à l’action à travers un mouvement en ligne sur les questions d’égalité des sexes. C’est un des créateurs de GotStared.At et de #itsnotyourfault, un mouvement en ligne qu’il a développé avec son ami, Kuber. Ces plateformes servent d’exutoire aux victimes de harcèlement public et font avancer le débat sur les nombreux problèmes qui y sont liés. Nous avons posé quelques questions à Dhruv pour savoir ce qui le pousse à lutter pour l’égalité des sexes :

  • Quels sont les facteurs les plus importants qui vous ont mené là où vous êtes aujourd’hui ?

Le plus important, c’est qu’au cours de la dernière décennie on a assisté à un bouleversement dans la façon dont les personnes réagissent à certains incidents et font entendre leur voix à propos de sujets comme l’autonomisation des femmes, leur développement et leurs progrès en général et l’égalité des sexes, des sujets dont on ne parlait pas avant. Grâce à ce changement positif, nos efforts peuvent faire avancer cette cause. Deuxièmement, cette génération commence petit à petit à se libérer de l’idée fausse que le « féminisme » est une question de femmes pour les femmes qui ne concerne pas les hommes. Cependant, il y a encore beaucoup à faire et à accomplir avant que nous n’atteignions notre but.

  • Quels sont les principaux obstacles qui vous ont freiné ?

L’obstacle le plus important a été l’environnement dans lequel j’ai grandi. Je viens d’une famille de la classe moyenne travaillant dans les affaires, et les membres de ma famille n’ont jamais parlé d’égalité des sexes. On m’a habitué à penser que je devais devenir un homme qui gagne sa vie et dirige la famille. Personne chez nous ne s’est attendu à ce qu’une des femmes dans la famille ait à gagner sa vie. Un tel devoir n’incombait qu’aux hommes, qui étaient donc traités comme des êtres supérieurs. 

  • Parlez-nous de votre enfance, vos ambitions et de qui vous a inspiré ou influencé...

J’ai étudié à l’École de l’armée de l’air, où encore une fois on parlait des grands officiers de l’armée de l’air ou de l’armée de terre, un secteur dominé par les hommes. Les étudiants étaient surtout des enfants dont les pères étaient dans l’armée. Même si c’était une école mixte, on apprenait surtout aux filles à bien se comporter, à s’asseoir correctement et à bien se préparer pour leur future vie de femme mariée ; on ne les encourageait pas vraiment à se lancer dans des carrières enrichissantes. Quand les garçons étaient punis, une partie de leur punition consistait souvent à devoir s’asseoir avec les filles. Personne n’a jamais remis en question le traitement radicalement opposé des filles et des garçons dans notre école. On nous avait tous habitués à penser de cette façon et on a tout simplement continué à accepter l’idée traditionnelle que les garçons sont supérieurs. Je suis devenu ingénieur parce que c’était ce que j’étais « censé » faire et pas juste ce que j’avais envie de faire. La pression et l’obligation d’être le membre de la famille qui touche un revenu ont orienté mon choix de carrière.

  • Que considérez-vous comme votre contribution la plus importante à la communauté/société ?

J’essaie de sensibiliser le plus de personnes possible aux questions essentielles concernant l’égalité des sexes, afin d’avoir un impact important sur la société et de changer les façons de voir les choses. Ce n’est que lorsque ce but sera atteint que pourra exister une société inclusive où tant les femmes que les hommes seront capables de mener une vie paisible. J’ai veillé à ce que mon frère, qui est encore étudiant, et d’autres membres de la famille soient conscients des questions liées à l’égalité des sexes, et je les ai sensibilisés à l’importance de s’exprimer et faire entendre leur voix dans ce domaine.

  • Quel message souhaitez-vous transmettre aux jeunes ? Que peuvent-ils tirer de votre expérience ?

On nous fait croire certaines choses dès l’enfance, ce qui crée des notions qui s’intègrent à notre comportement quotidien et à notre façon de penser. Cependant, mon message aux jeunes, c’est qu’ils doivent « remettre en question » ces mêmes notions et y réfléchir afin de déterminer si elles sont pragmatiques et appropriées dans le monde d’aujourd’hui. Ils doivent remettre en question, intervenir et se libérer des perceptions d’autrefois qui ne sont peut-être plus pertinentes maintenant. La jeunesse doit se rendre compte que les questions liées à l’égalité des sexes ne viennent pas de moi seulement, mais de tout le monde, puisqu’elles influencent la vie de chacun de nous.

  • Quel message souhaitez-vous transmettre à d’autres femmes / filles qui pourraient s’inspirer de votre parcours et de vos succès ?

Je vous en prie, n’attendez pas que quelqu’un d’autre prenne la parole et agisse pour faire advenir les changements nécessaires pour l’égalité des sexes. C’est à vous de prendre l’initiative : si vous ne pouvez pas parler à 50 personnes, vous pouvez au moins parler à 10, ou à deux ou même à une seule. Mais prenez la parole et remettez en question les façons de penser et les idées préconçues de ceux qui vous entourent. Essayez d’influencer chaque personne autour de vous et d’éveiller les consciences.

Trouvez d'autres Champions/ionnes »