Rafiq Pathan – Sortir des sentiers battus, pour changer les cœurs et les mentalités

Date : dimanche 31 août 2014

Champion he for she India Rafiq Pathan FR

Dans les déserts inondés de soleil brûlant du Rajasthan, le plus vaste État de l’Inde, il est un influenceur hors pair. Son audience est large et sa mission unique : s’assurer que cesse la pratique du fœticide féminin et garantir aux jeunes filles une vie heureuse et productive.

L’indien Rafiq Pathan joue un rôle très actif en faveur de l’élimination de la discrimination à l’égard des filles, et plante symboliquement un nouvel arbre fruitier à la naissance de chaque fille. Il exerce une activité difficile que très peu d’hommes ont embrassée avant lui, à savoir le plaidoyer de base visant à changer les cœurs et les mentalités des parents dont la plupart préfèrent les garçons aux filles. Le Sarpanch élu (responsable du conseil du village) de quatre villages éloignés et démunis emploie une stratégie unique. Il allie le militantisme pour l’égalité des sexes à la protection de l’environnement, et il use de son influence de responsable de la communauté pour aider les petites filles. Pour ce faire, il engage son équipe du conseil du village à travailler avec lui pour s’assurer que les filles réalisent leur plein épanouissement.

En dépit de la législation rigoureuse qui interdit cette pratique dans certaines régions de l’Inde, les futurs parents sollicitent très souvent un examen par ultrasons pour déterminer le sexe du fœtus. Ils décident généralement d’éliminer les fœtus féminins pour diverses raisons : la perspective du fardeau financier représenté par les dots que plusieurs familles paient encore pour marier leurs filles, et l’idée que celles-ci finiront par se rattacher à leur foyer conjugal, tandis que les garçons restent dans la famille et continuent de prendre soin de leurs parents âgés. Au Rajasthan, le phénomène du meurtre de fœtus féminins a abouti à un ratio très inéquitable entre les sexes. Selon le recensement des enfants de moins de six ans réalisé en 2011, la localité enregistrait cette année-là 888 filles pour 1000 garçons.

Pour combattre les stéréotypes et les normes enracinées en matière de genre, Rafiq travaille avec la communauté pour mettre fin à cette pratique, en mobilisant toutes les factions du village. Il s’entretient avec les villageois et les agents de santé, et il envoie les sages-femmes rencontrer les femmes enceintes, dès qu’il apprend qu’une mère attend une petite fille. Pour contrer tout plan visant à interrompre une telle grossesse, il donne le maximum d’ampleur aux nouvelles concernant l’arrivée prochaine du bébé, et il prend soin des besoins de la mère ; il organise des fêtes dans la communauté ainsi que l’adoption de certaines filles issues de familles pauvres, pour soulager ces dernières de leurs difficultés financières et offrir de meilleures conditions de vie au bébé. Militant du #heforshe et fervent défenseur de l’éducation, il crée un fonds communautaire à la naissance de chaque petite fille pour contribuer à ses futures études.

Pour récompenser ses efforts, qui sont en train de changer les mentalités dans les communautés, Rafiq a été acclamé mondialement à travers la presse internationale pour son militantisme, il a été félicité par les autorités de l’État, et il a reçu une médaille d’or, la plus haute distinction honorifique, pour son œuvre en faveur de l’écoféminisme.

Trouvez d'autres Champions/ionnes »