« Ne vous définissez pas par rapport à l’image des limitations que les autres ont de vous »

Date : lundi 13 avril 2015

Erna Takazawa FR

Dr. Erna Takazawa déclare qu’elle a toujours su qu’elle voulait exercer une profession médicale, mais ce sont les problèmes de vision de sa sœur qui lui ont fait choisir l’optométrie comme spécialisation. A l’époque, la première paire de lunettes de sa sœur a coûté à sa famille l’équivalent d’un mois de provisions. Dr. Takazawa explique qu’il y a encore seulement cinq ans, le seul moyen pour les Samoans de porter des lunettes permettant de voir clairement était d’envoyer leurs ordonnances aux membres de leur famille résidant en Australie ou en Nouvelle-Zélande, ces derniers se chargeant de les faire fabriquer. Tout ce processus pouvait prendre des mois. Au moment de recevoir leurs lunettes envoyées par leurs proches à l’étranger, certains découvraient que leur acuité visuelle s’était détériorée davantage.

La jeune femme de 26 ans est la première et la seule optométriste des Samoa, et elle exerce au Service d’optométrie de l’hôpital national. Son travail permet non seulement de rendre la santé oculaire plus abordable pour les adultes, mais elle change également la vie de nombreux et nombreuses au quotidien, grâce à la détection précoce des problèmes oculaires et à la recherche de solutions pour y remédier. Elle travaille également pour une ONG en partenariat avec le service de santé public en examinant les enfants handicapés et en effectuant des examens oculaires réguliers sur Savai'i, l’autre île principale des Samoa.

Réputée dans les îles Samoa comme pionnière, Dr. Takazawa a été l’une des toutes premières lauréates du « Queen’s Young Leader Award », une haute distinction qui n’a été décernée qu’à neuf autres jeunes dans la région du Pacifique. Ce prix récompense les jeunes de 18 à 29 ans qui jouent un rôle dans leurs communautés pour transformer des vies. Dr. Takazawa se rendra en Grande-Bretagne en avion pour recevoir le prix des mains de la Reine elle-même, et elle participera à une formation aux fonctions d’encadrement ainsi qu’à une série d’événements de réseautage. Cependant, elle déclare que ce prix est surtout important pour elle dans la mesure où il est accompagné de la possibilité pour elle de décrocher une bourse qui lui permettra d’aider l’ONG avec laquelle elle travaille régulièrement.

Elle nous fait part ici de ce qui l’inspire.

De tout ce que vous avez accompli à ce jour, de quoi êtes-vous la plus fière ?

J’aime aider les gens et je suis passionnée par mon travail avec les enfants handicapés. Pour chaque personne, mon objectif est de m’assurer qu’elle ou il puisse avoir la meilleure acuité visuelle possible, ce qui, par ricochet, améliore sa vie quotidienne et contribue aussi au bien-être de sa communauté.
En tant que formatrice de la vision pour l’ONG Senese et le Ministère de l’éducation, j’aide à former les enseignantes et enseignants des écoles primaires et secondaires sur l’île d’Upolou [dans les Samoa] pour qu’ils ou elles décèlent des problèmes de vision chez leurs élèves. Ce programme remporte beaucoup de succès et je suis fière d’en faire partie.

Je suis également directrice clinique du programme Opening Eyes pour les Jeux olympiques spéciaux des Samoa. En 2013, nous avons mené des examens d’acuité visuelle en partenariat avec la marine américaine sur les deux îles de Samoa. Nous avons aidé environ 200 athlètes souffrant de handicaps intellectuels et physiques.

Quels sont les facteurs les plus importants qui vous ont permis d’être là où vous êtes aujourd’hui ?

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 80 % des déficiences visuelles, y compris la cécité, sont évitables. Cela signifie que la majorité des gens n’a pas forcément à souffrir de problèmes visuels ou de cécité. L’OMS affirme également que 90 % des personnes souffrant de déficiences visuelles vivent dans les pays en développement. Mon but ultime coïncide étroitement avec la campagne Vision 2020 de l’OMS - mettre un terme à la cécité évitable d’ici à 2020.

Avoir été choisie comme l’un des jeunes leaders de la Reine me donne l’occasion d’attirer l’attention sur cette question, de recueillir éventuellement plus d’aide et de créer davantage de partenariats dans ce domaine. Les campagnes d’éducation et de sensibilisation sont vitales pour changer les mentalités sur l’importance de conserver sa santé oculaire.

Quels ont été certains des obstacles les plus importants que vous avez rencontrés pour atteindre vos objectifs ?

La santé oculaire à Samoa a fait de gros progrès ces trois dernières années. Nous avons maintenant un ophtalmologiste local, moi-même en tant qu’optométriste et neuf infirmières oculaires. La situation a été difficile en raison du manque de ressources, de financement et de travailleurs qualifiés à Samoa. Les choses s’améliorent, mais cela demande un travail constant. Au niveau national, il est difficile d’être la seule personne à exercer ce métier.

Quel message souhaitez-vous transmettre aux jeunes ?

Commencez par penser que l’on ne peut pas vous définir par rapport à l’image des limitations que les autres ont de vous. Nous avons tous entendu ce genre de choses : « Tu ne pourras pas devenir Premier ministre », ou « Tu ne peux pas être un médecin », parce que vous êtes pauvre, ou une femme, ou que vous avez un handicap. N’ayez pas peur de vous imposer, de faire quelque chose de différent et d’oser. Soyez des leaders dans votre communauté. Trouvez votre passion, arrêtez votre but, et agissez !

Lisez d'autres profils »